Galaxy S10, entre soudure et ennui, un démontage ordinaire !

galaxy s10 démonté

Le Jour J est arrivé, le Galaxy S10 sort officiellement ce vendredi 8 mars. Pas de GirlPower ici, simplement une Galaxy qui livre tous ses secrets.

Ôooh ! Wouahhhh !
Ok, bon une fois la nouveauté passée de l’écran ultra borderless et du fameux trou pour la caméra avant, il faut bien avouer que ce Galaxy S10 ressemble très fortement au Galaxy S9. Qui lui-même ressemblait au Galaxy S8, qui lui aussi ressemblait déjà un peu au S7, etc. Bref vivement le Galaxy Fold ?

Bon, passons aux choses sérieuses…

Comment se passe le démontage complet ? 

Nous voici en direct live des studios de SOSav où l’équipe mène une opération à coeur ouvert.

1, 2, 3 : Sésame, ouvre-toi !

Pour l’ouverture du Galaxy S10, rien de neuf. Samsung impose toujours le retrait de la vitre arrière. Bien collée, c’est toujours un risque de casse pour accéder aux entrailles de la bête. Une opération bien connue depuis le Galaxy S6. Les habitués ne seront pas dépaysés.

Voilà des vis ! Mais il y en a en quantité relativement raisonnable au sein de ce Galaxy S10. Et surtout, elles sont toutes cruciformes. Sur les derniers iPhone, Apple proposent 3 types de vis dont un format propriétaire « pentalobe » . (On ne jette pas d’huile sur le feu de leur gue-guerre, juste une contastatation #CaptainConstat).  Il faudra faire attention à ne pas les perdre car elles ne sont presque pas aimantées.

Du coup, l’antenne NFC et le haut-parleur externe se retirent aisément. EASYYYY !

Poursuivons.
La batterie ? Oui elle n’est pas amovible et elle est bien collée mais elle se retire quand même assez facilement. Disons que ce n’est pas plus dur que sur le Galaxy S9 ou S8.

Batterie Galaxy S10 collée

On ne s’arrête pas en si bon chemin
QUID de la caméra avant ? Le célèbre trou dans l’écran. Et bien, certes, c’est une nouveauté point de vue design, mais pour la réparation, cela ne change rien. Elle se déclipse tout aussi facilement que les générations précédentes.

Pour la suite, la carte mère se libère après le retrait de 3 petites vis qui la retiennent. Ce qui permet d’extraire la fameuse caméra arrière et son triple capteurs photos.
Toujours rien de neuf au final, on commence à s’ennuyer ferme…

Petit focus sur la carte mère.

Premier et énorme carton rouge : le connecteur de charge est soudé ! Une pièce qui tombe régulièrement en panne. Et avec une soudure ultra complexe en plus.
Deuxième carton rouge : le capteur proximité / luminosité est soudé aussi.

Connecteur de charge soudé sur Galaxy S10

Quand on compare avec la carte mère du Galaxy S9+, on constate qu’elle est donc plus longue à cause des composants soudés.

carte mère galaxy s10

Pour terminer ce démontage, quelque peu… ennuyeux, on notera que le vibreur et le haut-parleur interne se retirent facilement. Des éléments modulables et ça, c’est une bonne chose.

Et l’écran ?

Avant de partir, comparons simplement les écran du Galaxy S9+ et du Galaxy S10. Comme un effet miroir.

ecran galaxy s10 et galaxy s9

Pourtant, l’écran du Galaxy S10 comprend une nappe magique : elle sert pour l’affichage, le tactile ET le capteur d’empreintes. Et oui, il fait partie intégrante de l’écran sur le S10. Il faudra donc remplacer le bloc écran complet en cas de défaut du capteur d’empreintes.
Mais bonne nouvelle, contrairement à Apple et son Touch / Face ID, en optant pour un écran officiel Samsung, la fonction capteur d’empreintes sera conservée.

L’avis du technicien 

Vue éclatée Galaxy S10

Le Galaxy S10 n’est finalement pas plus difficile à démonter que le Galaxy S9 ou S8. Nous regrettons le passage obligé du retrait de la vitre arrière, toujours aussi difficile. Mais, le gros point négatif qui plombe sa note, ce sont les éléments soudés. Souder le connecteur de charge est impardonnable à nos yeux.

Pour cela, il mérite un :
5,5 / 10

Retrouvez notre démontage complet en photo 🙂

Une réflexion sur « Galaxy S10, entre soudure et ennui, un démontage ordinaire ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *